Discours de l’Ambassadeur à l’atelier Régional Interreligieux du Burkina Faso, Niger et Tchad

Ordre De Preseance

Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale et de la sécurité, Mesdames et Messieurs les Responsables Coutumiers et Religieux, Madame la Directrice Régionale du Projet Paix à travers le Développement, Honorables invité(e)s venus du Tchad du Niger et du Burkina Faso. Mesdames Messieurs

Hello/Good morning/Bonjour. Nii Yibéogo /Yamb Kibaré? (Moré) Anin sogoma (Djula) Djam Gnali (Peul) Nfandi Mani (Gourmatchema).

La paix, vous le savez, n’est pas une donnée permanente mais elle est le résultat de nos efforts quotidiens aussi bien sur le plan individuel que collectif. Je salue l’initiative de réunir les autorités religieuses de toutes confessions confondues, pour traiter d’un thème qui ne relève pas de la religion certes, mais qui relève du développement et de la promotion de la paix qui implique la participation de tous. Les autorités religieuses ont une influence certaine et capitale dans la vie des citoyens car leurs idées, leurs expressions et leurs conseils fondent assez souvent les modes de pensée, d’actions et les convictions de leurs fidèles. Et, nous notons que les jeunes ou 60% de la population jouent un rôle important dans le développement du pays.  Ils ont soif de programmes qui prennent en compte leurs espoirs et leurs rêves et qui les mettent en face de leurs responsabilités.  Les jeunes au monde entier manifestent souvent ces désirs de plusieurs manières. C’est à nous, acteurs du développement, de savoir appréhender ces désirs et d’y trouver des solutions structurelles et de les donner un espace de les présenter. Un manquement à cet engagement présentera des désagréments, des révoltes, des actions diverses lourdes de conséquences pour nos pays respectifs.

Nous avons vu dans la dernière année une montée de l’extrémisme violent dans la sous-région.

Les sectes terroristes, n’arrêtent pas d’enrôler de force ou de gré, par des manières que nous ne maîtrisons pas, les jeunes de nos communautés pour semer la terreur. C’est donc dire que la promotion de la paix passe par la promotion d’une  jeunesse saine. Pour trouver les bonnes réponses face à ce phénomène inquiétant pour l’avenir de la sous- région, posons-nous les bonnes questions :

Pourquoi nos jeunes, risquent-ils leurs vies dans des aventures dangereuses avec des groupes terroristes ?

Pourquoi les Jeunes manifestent par la violence leurs doléances ?

Offrons-nous assez de perspectives aux jeunes de nos communautés pour les protéger contre l’enrôlement dans les groupes terroristes ?

Livrons- nous les bonnes paroles, les bons messages et les bons exemples à la jeunesse pour lui donner confiance à l’avenir?

 –Construisons-nous un socle et une société démocratique de justice sociale et économique où les valeurs du travail, de l’effort individuel, du mérite et la solidarité agissante sont encouragées afin de motiver les Jeunes à adopter ces valeurs? J’ai confiance que les autorités religieuses que vous êtes, saurez trouver les bonnes réponses à ces questions cruciales et fondamentales. Aussi, je place un grand espoir à cet atelier sous régional interreligieux focalisé sur la participation communautaire des Jeunes. Le gouvernement des Etats Unis avec l’USAID est fier de participer à cette œuvre. Je voudrais renouveler notre engagement à soutenir les initiatives et les actions de promotion de la paix, de la bonne gouvernance, d’autonomisation de la Jeunesse et de développement de la sous-région Ouest Africaine.

Thank you / Merci Barka Wusgou! Yam ya ni Soma (You’re good) Anitché! (Djula) Fôfoh! (Peul) Tuon Tuoni Bonchiali Je vous remercie.

Thank you very much.